Portraits des lauréates

Chaque semaine, découvrez ici le nouveau portrait d'une lauréate ou de notre Allié des femmes 2018.

Sommaire

Catherine Beauchamp

Catherine Beauchamp est une véritable pionnière dans le domaine des médias numériques. À la barre de son Tapis Rose depuis dix ans cette année, elle n'y met en valeur que des femmes depuis trois ans avec le leitmotiv #Girlpower. 


Pour FCTMN, la chroniqueuse passionnée de culture a accepté de traverser de l'autre côté du micro et de répondre à nos questions...

FCTMN: Pourquoi avez-vous choisi ce métier et pourquoi continuez-vous à le pratiquer?

Catherine Beauchamp : J’ai choisi ce métier parce que j’avais des choses à dire. J’avais une soif incroyable de communiquer des coups de cœur en culture.

 

FCTMN : Qu’est-ce qui motive vos choix de projets?

C.B. : Le plaisir, si on a pas de plaisir, on meurt tranquillement par en dedans et aussi l’aspect de nouveauté. J’aime quand une équipe autour de moi met toute la gomme et se défonce pour avoir un résultat. Les gens qui sont paresseux ou qui sont démotivés, ce n’est pas possible pour moi. L’esthétisme aussi est bien important, j’aime quand le produit final est beau.

 

FCTMN: Quelle femme, dans l’industrie ou non, vous inspire particulièrement?

C.B. : Les femmes qui ont de la « drive ». Pénélope McQuade, France Beaudoin, par exemple, mais aussi beaucoup de femmes qui ne sont pas connues et qui travaillent dans l’industrie.  Des femmes qui possèdent une grande dose d’humanité, qui tiennent un propos et qui sont passionnées de leur métier. 

 

FCTMN : Dans un monde où voyager dans le temps serait possible, quel personnage fictif ou réel, mort ou vivant, souhaiteriez-vous rencontrer?

 C. B. : J’aimerais rencontrer les femmes qui font partie de la distribution de la série Big Little Lies, Reese Witherspoon et Nicole Kidman. J’aimerais rencontrer Sarah Jessica Parker,  Oprah, Angelina Jolie des femmes qui produisent leurs projets …. Beyoncé et J.K. Rowling également!  ... Des femmes de contenu.

Dans un exercice ludique, elle a également accepté de placer ses popcorns sur l'échiquier afin de nous laisser entrevoir sa personnalité 🍿

 

Venez célébrer le talent de Catherine Beauchamp lors du Gala-bénéfice FCTMN le 2 mai prochain à la Place des Arts de Montréal!

Trouvez toute l'information sur les billets en cliquant ici

Voyez la promotion «FCTMN chouchoute ses membres» en cours du 16 au 22 avril 2018 en cliquant ici

Danielle Trottier

 
 
 
 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
Danielle Trottier crée des histoires originales et met à l'écran des personnages de femmes fortes, de tous les âges et de différents milieux.

Cette muséologque s'est convertie à l'écriture scénaristique au début des années 2000 pour notre plus grand bonheur et nous offre depuis des séries telles que Unité 9 et Cheval-Serpent. 


FCTMN l'a rencontrée afin d'en connaître davantage sur la femme derrière la plume à succès : 

 

FCTMN : Pourquoi avez-vous choisi ce métier et pourquoi continuez-vous à le pratiquer?

Danielle Trottier : Écrire, c’est beaucoup réfléchir et se poser des questions.  Sans forcément avoir les réponses tout de suite. J’aime l’idée qu’écrire m’a permis d’apprendre à me poser des questions sur les comportements humains. J’étudie et je rends compte de la vie, des interrelations, des conséquences des choix et des erreurs que nous faisons. Je vais continuer d’écrire tant que mon intérêt pour comprendre l’humain sera très important.  J’aime la complexité des hommes, des femmes, de la naissance à la mort.  Ne pas comprendre, chercher à savoir, est ce qui me porte le plus dans toutes les histoires que j’écris.

 

FCTMN : Qu’est-ce qui motive vos choix de projets?

D.T. : Pour faire suite à ma réponse précédente, j’imagine des projets qui vont me donner du fil à retordre parce que je ne les comprends pas. Ou encore parce qu’ils me font peur et me dépassent.

 

FCTMN : Quelle femme, dans l’industrie ou non, vous inspire particulièrement?

D.T. : Sans hésiter, Fabienne Larouche. Sa détermination, son engagement, sa capacité de travail, son amour de la télévision et le respect qu’elle porte aux téléspectateurs. En presque 20 ans de travail dans ce milieu, je n’ai pas rencontré  une personne plus engagée qu’elle. J’ai beaucoup grandi grâce à elle. Elle m’a donné confiance en mes capacités, elle a été d’un support indéfectible.  Au-delà de ce que j’ai vécu personnellement avec elle, il y a aussi toute son œuvre. En tant qu’auteure prolifique, mais aussi en tant que productrice avec Michel Trudeau son conjoint.  Leurs réalisations sont impressionnantes : des séries, des films, des documentaires, des productions pour le WEB et j’en oublie.

 

FCTMN : Dans un monde où voyager dans le temps serait possible, quel personnage fictif ou réel, mort ou vivant, souhaiteriez-vous rencontrer?

D.T. : J’aimerais rencontrer Mia Riddez. Elle a marqué la télévision québécoise sur près de 30 ans. De 1960 à 1991, elle a écrit 4 séries importantes qui ont toutes marqué l’imaginaire québécois : Filles d’Ève, Rue des Pignons, Terre humaine, Le grand Remous.  À part, Filles d’Ève, dont je n’ai pas de souvenirs (j’avais entre 4 et 8 ans lors de sa diffusion), je me souviens très bien d’avoir été fascinée par ses personnages, ses histoires très « modernes ». Pour moi, qui habitais en Abitibi et ne connaissais pas la grande ville, c’était une révolution.  Sans le savoir, je suivais mes premiers cours de scénarisation en ne ratant pas un seul des épisodes de ses séries.  Elle avait aussi un propos très féministe avant son temps et cela me bouleversait. 

 

Dans un exercice ludique, elle a également accepté de placer ses popcorns sur l'échiquier afin de nous laisser entrevoir sa personnalité 🍿

 

 

Venez célébrer la plume de Danielle Trottier lors du Gala-bénéfice FCTMN le 2 mai prochain à la Place des Arts de Montréal!
Trouvez toute l'information sur les billets en cliquant ici

Lucie Léger

 
Lucie Léger a été Directrice des programmes jeunesse et famille de Télé-Québec d’octobre 2006 à janvier 2018. À ce titre, elle était responsable des productions extérieures et des acquisitions jeunesse, supervisant ainsi plus de 40% de la grille horaire du diffuseur public, au service duquel elle a oeuvré pendant plus de 37 ans. 

FCTMN l'a rencontré afin d'en savoir plus sur cette lauréate 2018 de son Gala-bénéfice pour qui le milieu ne tarit pas d'éloges!


FCTMN : Pourquoi avez-vous choisi ce métier et pourquoi continuez-vous à le pratiquer?

Lucie Léger : Parce que c’est une passion; aussi pour le plaisir de devoir se remettre continuellement en question.

 

FCTMN : Qu’est-ce qui motive vos choix de projets?

L.L. : La pertinence, l’originalité et les artisans qui en font partie.

 

FCTMN : Quelle femme, dans l’industrie ou non, vous inspire particulièrement?

L.L. : Michèle Fortin, qui est une gestionnaire de haut niveau et la Dr. Joanne Liu, pour son combat pour un monde meilleur.

 

FCTMN : Dans un monde où voyager dans le temps serait possible, quel personnage fictif ou réel, mort ou vivant, souhaiteriez-vous rencontrer?

L.L. : Georges Sand, parce qu’elle était une femme libre !

 

Dans un exercice ludique, elle a également accepté de placer ses popcorns sur le jeu un peu spécial que nous lui avions préparé 🍿

 

 Le 2 mai prochain, venez célébrer cette femme à la carrière hors du commun, celle qui fût responsable de plusieurs générations d'émissions jeunessses classiques et rassembleuses! 

Le Gala-bénéfice est également une occasion de soutenir le financement des activités du réseau FCTMN dont la mission est de d'aider le développement créatif et de carrière des femmes en plus de faire rayonner leurs talents. 

Billetterie 

Odile Méthot

Odile Méthot œuvre dans le milieu artistique ainsi que dans le domaine cinématographique et télévisuel depuis plus de 25 ans. 
Depuis 2000, cette travailleuse de l’ombre à qui nombreux projets cinématographiques canadiens doivent leur naissance, occupe le poste de présidente directrice générale et est responsable de la gestion du programme de financement de langue française du Fonds Harold Greenberg. 


FCTMN lui a posé quelques questions pour connaître la femme discrète derrière la grande fonction. Voici ce qu'elle avait à nous dire : 


FCTMN : Pourquoi avez-vous choisi ce métier et pourquoi continuez-vous à le pratiquer?

Odile Méthot : Je n’avais pas planifié faire ce métier. C’est une opportunité qui s’est présentée à un moment où je me réorientais professionnellement.
Si j’occupe encore ces fonctions aujourd’hui, c’est d’abord parce que je demeure toujours aussi fascinée et stimulée par le talent créateur québécois qui sans cesse se renouvelle au fil des projets qui nous sont soumis, additionné au fait, que j’éprouve un immense plaisir à travailler avec les membres qui compose mon comité.

FCTMN : Qu’est-ce qui motive vos choix de projets?

O.M. : Heureusement, la sélection des projets ne repose pas que sur mes épaules... Elle se fait en comité et elle s’appuie entre autres sur l’analyse des aspects créatifs et financiers du projet. Nonobstant le processus décisionnel du Fonds, personnellement à la lecture d’une œuvre, je suis à la recherche d’un souffle, d’un regard singulier, d’un nouvel éclairage qui modifie mon regard. Je suis en quête de l’expérience artistique qui se dégage de l’œuvre.

FCTMN : Quelle femme, dans l’industrie ou non, vous inspire particulièrement?

O.M. : Plusieurs femmes m’inspirent, mais celle qui d’emblée me vient spontanément à l’esprit c’est Michelle Obama. Pour son franc-parler, sa clairvoyance, son élégance en tout, et ultimement, son sens du bien commun qu’elle pratique avec intelligence et charisme.

FCTMN : Dans un monde où voyager dans le temps serait possible, quel personnage fictif ou réel, mort ou vivant, souhaiteriez-vous rencontrer?

O.M. : Romain Gary

Dans un exercice ludique, elle a également accepté de placer ses popcorns sur l'échiquier afin de nous laisser entrevoir sa personnalité 🍿



Venez célébrer la persévérance, l'intuition et l'apport considérable d'Odile Méthot à la culture québéoise et canadienne le 2 mai prochain lors du Gala-bénéfice FCTMN ! 

L'événement est également une occasion de soutenir le financement des activités du réseau FCTMN dont la mission est de d'aider le développement créatif et de carrière des femmes en plus de faire rayonner leurs talents. 


Billetterie 

 

Fabienne Colas

 

 

  

 

 

 

 

 
Actrice primée, réalisatrice, conférencière et entrepreneure, Fabienne Colas est la «Reine des festivals » !

Elle a créé et gère aujourd’hui 7 festivals entre Montréal, Toronto, New York City, Halifax et Port-au-Prince – incluant le Festival Intl. du Film Black de Montréal – le plus important du genre au Canada et le très populaire Festival du Film Black de Toronto. Présidente de la Fondation Fabienne Colas, elle soutient et promeut des films et artistes indépendants qui, autrement, ne seraient ni vus ni entendus. 

FCTMN lui a posé quelques questions pour connaître la femme derrière l'image forte qu'elle projette. Voici ce qu'elle avait à nous dire : 


FCTMN : Pourquoi avez-vous choisi ce métier et pourquoi continuez-vous à le pratiquer?

 

Fabienne Colas : J’ai choisi ce métier parce que c’était l’endroit où je pouvais avoir le plus d’impact et redonner à ma communauté. Pour moi, la cause de la diversité devant et derrière la caméra n’est pas un travail mais une mission.

 

FCTMN : Qu’est-ce qui motive vos choix de projets?

F.C. : À chaque projet, je m’assure que cela touchera et inspirera des gens, mettra la diversité à l’honneur et que j’aurai un plaisir fou!

 

FCTMN : Quelle femme, dans l’industrie ou non, vous inspire particulièrement?

F.C. : À part ma mère qui m’a appris à soulever les montagnes, Oprah Winfrey m’inspire par son parcours peu conventionnel qui a été parsemé d’embuches,  d’échecs et de déceptions. Elle m’a appris que peu importe son passé, on peut réécrire les pages de notre futur et changer le cours de notre histoire.

 

FCTMN : Dans un monde où voyager dans le temps serait possible, quel personnage fictif ou réel, mort ou vivant, souhaiteriez-vous rencontrer?

F.C. : J’ai eu l’extrême privilège de rencontrer Michelle et Barack Obama, Oprah Winfrey, Harry Belafonte et plusieurs autres icones qui m’inspirent. Je souhaiterais rencontrer : Steven Spielberg, Bill and Melinda Gates, Meryl Streep, Sydney Poitier. J’aurais voulu aussi pouvoir rencontrer Nelson Mandela, Malcolm X et Martin Luther King III.

Dans un exercice ludique, elle a également accepté de placer ses popcorns sur l'échiquier afin de nous laisser entrevoir sa personnalité 🍿



Venez célébrer la force, le travail colossal et le rayonnement de Fabienne Colas avec nous le 2 mai prochain lors du Gala-bénéfice FCTMN!

Billets